Auteur : Jacques Dinfreville

(1901-1986). Général français, de son vrai nom Pierre d’Esneval. Saint-Cyrien. Il opte pour l’Infanterie, breveté en 1932, il gagne Londres en 1943, où il choisit de modifier son état civil. Il sera le chef du 2e Bureau de l’Armée « B » en Afrique du Nord française (AFN), puis chef de cabinet du général de Lattre, au moment du débarquement de Provence. Il commande un régiment de Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans les Vosges, puis devant La Rochelle. En 1949-1950, il commande le Groupe mobile nord-africain (GMNA) au Tonkin, puis devient directeur de cabinet de Jean Letourneau, ministre des États associés. Il succède en 1952 au général Spillmann, chef de la mission militaire française auprès de l’armée nationale vietnamienne. Il est sous-chef d’état-major au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE), avant d’achever sa carrière comme général de division, commandant de la 4e Division d’infanterie (DI) en Algérie (Zone ouest-oranais) de 1956 à 1957. Il a écrit plusieurs ouvrages sous son pseudonyme.

3 résultats (3 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 articles cahiers)

N° 130 Novembre 1955 - p. 442-453

La Victoire de l'armée grecque sur la guérilla communiste (II) Les causes de la défaite des partisans - Jacques Dinfreville

Ce résultat final ne fut obtenu qu’une fois que l’armée gouvernementale eut réussi à surclasser l’armée démocratique, non seulement dans l’ordre quantitatif et matériel mais aussi dans l’ordre qualitatif et moral. Lire la suite

3 résultats

Mars 2021
n° 838

Sommes-nous entrés dans l'ère post-occidentale ?


Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...