Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 2021 - n° 843

Les leçons militaires de la guerre du Golfe

« Je me garderai cependant d'un optimisme prématuré. (…) Les intérêts n'ont rien perdu de leur brutalité. Le fort guette toujours le faible et l'opprimé mûrit sa revanche. »

François Mitterrand
208 pages

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Octobre 2021 - n° 843

Les leçons militaires de la guerre du Golfe

Été 1990, dans la torpeur estivale, Saddam Hussein envahit le Koweït, le richissime État pétrolier, au mépris du droit international. Très vite, sous la houlette des États-Unis, une coalition militaire va s’installer en Arabie saoudite pour y préparer une offensive en vue de reconquérir le pays sous occupation irakienne. Après une longue campagne aérienne, l’attaque terrestre dura à peine une centaine d’heures, voyant la déroute complète d’une armée alors considérée comme la « quatrième du monde » au regard de ses moyens et de ses effectifs.

La guerre du Golfe marque une double rupture. Elle se déroule alors que la guerre froide, qui avait construit les armées des deux blocs, venait de s’achever avec l’effondrement du modèle soviétique. Elle va provoquer une prise de conscience, notamment pour la France, sur une relative obsolescence de son propre modèle toujours construit pour la bataille de la frontière tout en étant active en Afrique avec des capacités légères et limitées. Trente ans après, le Service historique de la Défense a eu la judicieuse idée d’organiser un colloque dont la RDN publie les actes dans ce numéro de rentrée. Il ne s’agit pas ici de refaire l’histoire de ce conflit, mais bien de présenter les enseignements tirés en particulier pour notre défense, et le lecteur retiendra que ceux-ci ont été particulièrement importants, amenant à une refonte quasi complète de notre organisation et du fonctionnement – hors dissuasion – amenant notamment à la professionnalisation et à l’interarmées. De nombreux organismes ou commandements ont été créés, alors, pour répondre aux défaillances constatées. Ce sont par exemple la DRM, le COS, la DAS devenue DGRIS, le COIA transformé en CPCO ou encore le CID rebaptisé École de Guerre, tous au cœur de notre système de défense aujourd’hui.

Autre point majeur qui ressort et qui fait écho à l’environnement géopolitique actuel : la guerre du Golfe a été un conflit de haute intensité et il importe maintenant de retrouver cette aptitude à combattre dans un environnement beaucoup moins permissif. La relecture des leçons tirées est donc plus que pertinente pour réfléchir aux nouvelles exigences pour notre défense et aux choix qui se présenteront dans les années à venir. Car ce trentième anniversaire est également complété par le vingtième anniversaire du 11 septembre, qui a ouvert une guerre de vingt ans en Afghanistan, et dont la conclusion a été dramatique et pitoyable cet été avec la chute de Kaboul. Là encore, il y aura beaucoup à étudier et comprendre – la RDN y reviendra bientôt – sur cet échec, alors même que nos forces poursuivent leur mission de lutte contre les groupes terroristes au Sahel tout en se réorganisant.

Réfléchir à la guerre du Golfe, analyser la guerre de vingt ans des États-Unis, mais aussi regarder froidement le panorama stratégique avec la compétition frontale entre Washington et Pékin (dont la France vient de faire les frais par le choix brutal de l’Australie de rompre le contrat des sous-marins « Shortfin Barracuda »), l’absence de volonté de dialogue de la part de Moscou, les évolutions internes à l’Union européenne, dont l’élection allemande marquant la fin de l’ère Merkel, alors même que la France entre en campagne présidentielle. Autant d’enjeux décisifs pour demain. ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Octobre 2021 - n° 843

Les leçons militaires de la guerre du Golfe

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Florilège historique

« L’impact de 1870 sur la pensée militaire française » (août-septembre 1970) par Witold Zaniewicki

Le 28 octobre 1870, le maréchal François Achille Bazaine capitule à Metz et livre ses troupes et leurs armements à l’ennemi prussien. Nommé commandant en chef de l’armée du Rhin le 12 août, il se replie dès le 16 août sur la garnison de Metz, privant Napoléon III des unités qui auraient pu reprendre le combat. Bazaine est né en 1811 à Versailles. Ayant échoué au concours de Polytechnique, il s’engage comme soldat en 1831 et accède à l’épaulette en 1833. Il participe aux grandes expéditions du Second Empire, notamment au Mexique. Sa capitulation est considérée comme une trahison et il est traduit en 1873 devant un conseil de guerre qui le condamne à mort avant de demander sa grâce. Il s’évade en 1874 pour l’Espagne où il achève sa vie à Madrid en 1888. La défaite de 1870, outre la proclamation de la IIIe République, va entraîner une refonte complète de l’organisation militaire française, tirant les leçons de l’échec. Une des grandes réformes sera la création de l’École de Guerre à l’École militaire à Paris pour former les officiers à la conduite de la guerre, après une première partie de carrière dans la troupe.
  Lire la suite

e-Recensions

Bernard Zeller : Le Procès du commandant de Saint Marc  ; Nouvelles Éditions Latines, 2021 ; 210 pages.

5 juin 1961, 14 heures : dans la grande salle d’audience du palais de justice de Paris, un officier en grande tenue, décorations pendantes, béret vert sur la tête, est introduit devant le Haut Tribunal militaire. Le commandant Hélie de Saint Marc fait son entrée dans l’Histoire. Quatre heures plus tard, l’audience est suspendue : le tribunal se retire pour délibérer. L’audience reprend à 20h15 : le président Patin donne lecture de la sentence : Lire la suite

Pierre Brière

Les cahiers de la RDN

Cahier - Septembre 2021 - 344 pages

Cahier numérique - Juillet 2021 - 37 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères