Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mars 2021 - n° 838

Sommes-nous entrés dans l'ère post-occidentale ?

« L'Occident perdant de son influence, les idéologies qui symbolisent la civilisation occidentale passée déclinent… »

Samuel P. Huntington
136 pages.

Éditorial - Bertrand Besancenot

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mars 2021 - n° 838

Sommes-nous entrés dans l'ère post-occidentale ?

Les crises sont des « accélérateurs de l’Histoire », ou tout au moins elles mettent en évidence des mouvements de fond que l’on pressentait sans les voir. C’est le cas aujourd’hui avec la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Depuis plus de deux siècles – c’est-à-dire depuis l’éternité pour une mémoire humaine – les pays occidentaux étaient devenus le centre du monde, du fait de leur avance technologique, de leur expansion coloniale, de la puissance de leurs économies et de leur domination politique et culturelle.

Et puis soudain, la crise financière de 2008, l’émergence des « tigres » asiatiques, le désengagement relatif des États-Unis, les difficultés de la construction européenne, la montée d’une contestation islamiste, le retour d’ambitions impériales de certains pays, la pression démographique de l’Afrique… font que « notre monde » paraît bouleversé et que nous avons le sentiment de ne plus en être tout à fait le maître. C’est ce qui amène de nombreux observateurs à se poser la question : « Sommes-nous entrés dans l’ère post-occidentale ? »

Naturellement, les pays occidentaux demeurent très influents et conservent un certain nombre d’atouts importants, qui ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Par ailleurs, la crise de la Covid-19 a amené les pays européens à franchir une étape significative en mutualisant leurs dettes autour d’un plan de redressement économique ambitieux. Elle a aussi contribué largement à la non-réélection du président Trump, qui laisse la place à une nouvelle administration américaine soucieuse de renouer les liens avec les partenaires stratégiques des États-Unis, dans l’espoir de contenir la montée en puissance du concurrent chinois.

Mais ce « retour » de l’Amérique sur la scène internationale ne sera pas une simple « restauration » et il comporte le risque de tensions fortes avec Pékin, notamment au sujet de Taïwan. En outre, le Conseil de sécurité des Nations unies est aujourd’hui bloqué par les divergences entre ses membres permanents et la perspective d’une réforme du Conseil – pour mieux refléter les réalités d’aujourd’hui – est encore floue. Pékin, Moscou, Ankara et Téhéran tiennent un discours antioccidental et n’hésitent plus à contester le caractère « universel » des valeurs démocratiques. Sur le plan économique, enfin, le balancier penche de plus en plus vers l’Asie. Bref, nous sommes entrés dans une phase de transformation en profondeur de l’ordre international, sans que de nouveaux équilibres n’apparaissent encore clairement.

C’est la raison pour laquelle la Revue Défense Nationale a pensé utile d’interroger un certain nombre de personnalités compétentes venant d’horizons divers, afin de mieux mesurer les différentes facettes d’un phénomène – l’entrée dans une ère post-occidentale ? – qui ne peut que nous interpeller. Je voudrais donc – au nom de la direction de la RDN – remercier chaleureusement tous les auteurs qui ont accepté d’apporter leur contribution à cette réflexion collective qui, je l’espère, éclairera la lanterne de nos lecteurs. ♦

Bertrand Besancenot

Tribune

26 février 2021

Le Bureau 39 et les fonds secrets de la Corée du Nord (T 1252)

Quentin Nougué

La Corée du Nord conduit une politique autarcique revendiquée par le régime. Cependant, celui-ci s’est toujours efforcé de trouver des biais pour alimenter ses besoins, en particulier ceux de la dynastie des Kim. Le Bureau 39 – une forme de service secret – est l’outil permettant clandestinement de procurer notamment les devises finançant les programmes dirigés par Kim lui-même. Cela va des produits de luxe aux armements nucléaires, en utilisant toutes les ressources clandestines possibles sur les marchés.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 26 mars 2021

Florilège historique

« Revendications marocaines » (janvier 1959) par Henry Marchat

Les Traités de 1912 avaient institué le protectorat français sur le Maroc tout en permettant à l’Espagne d’y maintenir sa présence au nord et au sud du Royaume. En 1956, l’indépendance a donné à Mohammed V une marge de manœuvre plus importante notamment pour renforcer la souveraineté du pays sur des zones contestées. Toutefois, le contexte de l’époque était particulièrement tendu en raison d’une part, des combats en Algérie entre l’armée française et le FLN – celui-ci cherchant des zones de refuge à l’ouest – et d’autre part, le cadre général de la guerre froide incitant des mouvements rebelles à déstabiliser les États y compris en Afrique. Rabat dut à la fois réprimer des infiltrations notamment dans le Rif et, en même temps, maintenir des « ponts » avec l’Espagne, malgré les incidents autour d’Ifni et des présides. Lire la suite

e-Recensions

Julien Peltier : Sekigahara, La plus grande bataille de samouraïs  ; Passés Composés, 2020 ; 288 pages.

Sekigahara... Sous ce nom qui signifie « prairie frontalière » en japonais, se livra en 1600 une bataille décisive qui mit fin aux guerres civiles alors endémiques au Japon et instaura le shogunat des Tokugawa. Lire la suite

Serge Gadal

Les cahiers de la RDN

Février 2021 - 104 pages

Novembre 2020 - 108 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères