Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

« La réalité du champ de bataille est que l'on n'y étudie pas : simplement on fait ce que l'on peut pour appliquer ce que l'on sait. »

Ferdinand Foch

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

Nos sociétés occidentales ont oublié ce que le mot « guerre » signifiait, avec ses cortèges de morts, de blessés, de veuves, d’orphelins, d’anciens combattants et de douleurs. D’une certaine façon, tant mieux, car cela signifie que nous vivons dans un monde relativement pacifié ; du moins le croit-on ! Or, et c’est le cas de la France, la réalité militaire est notre engagement important en opération, que ce soit au Sahel, en mer, dans les airs, voire sur le territoire national. Nos soldats, hommes et femmes, sont régulièrement envoyés dans des théâtres où ils côtoient la mort, la souffrance, la peur et le doute. Depuis environ un demi-siècle, avec les premières Opex, une nouvelle génération connaît la guerre, même si celle-ci n’est pas forcément de haute intensité. Revenir d’opération n’est pas anodin, retrouver son environnement habituel, partager avec les siens… Autant d’actes et de gestes qui ne sont pas toujours aussi faciles et qui méritent donc d’être étudiés et analysés pour pouvoir encore mieux répondre aux attentes de ceux et celles qui sont concernés.

Ce dossier du mois est le résultat d’un colloque organisé par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem) et que l’on pourrait qualifier d’être à « hauteur d’homme ». Au regard porté sur le soldat combattant rentrant d’Opex se rajoutent les témoignages de chercheurs et de journalistes qui sont également allés sur le terrain, dans des zones de conflit. Pour eux aussi, le retour ne fut pas aisé et exige de pouvoir s’exprimer et de dire ce qui est souvent de l’ordre de l’indicible. Derrière ces questions se pose le débat entre une nation en paix et la réalité géopolitique actuelle où le rapport de force redevient un mode de régulation avec des risques désormais permanents d’affrontements militaires, y compris sur le territoire européen.

Il est donc nécessaire de revenir sur la fin de la guerre froide pour comprendre les mécanismes politiques et diplomatiques de l’époque, en particulier sur le rôle de François Mitterrand, ainsi que sur la complexité de la relation franco-allemande sur la politique à conduire à l’égard de la Russie depuis des décennies. Là encore, de nouvelles incertitudes stratégiques se font jour et peuvent nous interroger sur les choix faits pour notre défense.

Ces interrogations sont essentielles, notamment en vue des prochaines échéances électorales de 2022, et la RDN souhaite y contribuer en s’appuyant sur son site Internet avec la création d’un espace dédié au « Débat stratégique » (réservé à nos abonnés) qui permet à la fois de compléter et de réagir au dossier thématique du mensuel. Il est en effet indispensable de pousser cette dynamique de réflexion sur les grands enjeux qui structureront les choix faits pour assurer la sécurité de notre pays et de ses intérêts, mais aussi d’anticiper et d’imaginer des futurs possibles. D’où l’outil numérique qui apporte une contribution essentielle, rapide et simple.

À vos plumes pour apporter vos commentaires et réflexions ! ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Mai 2021 - n° 840

Revenir du combat, revenir du terrain sensible

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Jérôme Pellistrandi, Recherche de témoignages - 07 mai 2021

Nous recherchons des témoignages de retour, y compris par des marins et des aviateurs, d'autant plus que le milieu d'emploi est différent. N'hesitez pas à contribuer ici pour compléter, critiquer ou élargir le débat. Lire la suite

Florilège historique

« Le TNP : un traité devenu permanent » (AS 1995) par Marie-Hélène Labbé

Le 11 mai 1995, le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) signé en 1970 pour une durée de 25 ans prenait un caractère permanent valable encore de nos jours. À cette époque, la fin de l’URSS avait été perçue comme permettant une réduction sensible des arsenaux nucléaires, ce qui a été une réalité avec la mise au rebut d’armes obsolètes. Par ailleurs, le risque de prolifération durant la décennie avait motivé la signature du TNP, certains experts prévoyant qu’une trentaine de pays seraient dotés d’armes nucléaires. Depuis, seuls l’Inde, le Pakistan puis la Corée du Nord ont rejoint le club très fermé des États disposant de la Bombe. Toutefois, d’autres États s’efforcent d’accéder à ce statut, en particulier l’Iran, dont les efforts sont une réalité malgré l’accord JCPOA de 2015. De la capacité à résoudre la question du nucléaire iranien dépendra les évolutions futures liées au TNP. Lire la suite

e-Recensions

François Dupuy : On ne change pas les entreprises par décret – Lost in management vol. 3  ; Seuil, 2020 ; 226 pages.

On ne change pas les entreprises par décret : le titre est stimulant, et le contenu l’est, fort heureusement, tout autant ! Sociologue renommé des organisations, François Dupuy livre ainsi en 2020 le troisième tome de sa série Lost in management(dont le premier tome avait reçu en 2012 le prix du meilleur ouvrage sur le monde du travail), qui se distingue, tant sur la forme que sur le fond, de la production surabondante sur le thème désormais éculé du management. Sur la forme, d’abord, car le propos de François Dupuy est volontairement aux antipodes de la langue managériale qui psychologise à outrance et qui incarne la paresse intellectuelle de ceux qui refusent de se plonger dans la complexité des organisations, ces « ensembles de comportements humains » que notre auteur a étudiés pendant quarante ans. Le propos de François Dupuy est avant tout sociologique, c’est-à-dire scientifique, et pratique, c’est-à-dire tourné vers l’action. Sur le fond, ensuite, car celui qui fut le conseiller de nombreux dirigeants européens dresse un constat lucide et propose des solutions ancrées dans la pratique et éclairées par une saine théorie des organisations. Lire la suite

Thibault Lavernhe

Les cahiers de la RDN

Cahier numérique - Mars 2021 - 120 pages

Février 2021 - 104 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères