Février 1962 - n° 199

  p. 197-210
  p. 211-225

Au début de l’année 1962, l’OTAN a déjà dépassé sa dixième année. Cette durée, courte pour la vie humaine, est extrêmement longue pour une construction politique internationale, car le Monde évolue vite. La situation de 1951 est devenue de l’histoire. Celle de fin 1961 est bien différente dans la plupart des domaines. Il en résulte que l’OTAN, dont le gros œuvre s’est bâti dans la première moitié des années 50, se trouve maintenant devant l’obligation de s’adapter à des problèmes nouveaux et difficiles à résoudre. Lire les premières lignes

  p. 226-237
  p. 238-263

La guerre, a observé un jour le comte Maurice de Saxe, est une science enveloppée de ténèbres dans lesquelles il est quasi impossible d’accomplir un seul pas sûr. Pour Scharnhorst (1) également, l’armée n’était pas une organisation technique à considérer sous l’unique angle de sa fonction mécanique. L’art de la guerre réside dans le pouvoir de combiner des éléments très divers, souvent contradictoires et pourtant étroitement emmêlés, de s’adapter aux nécessités physiques et psychologiques du moment, dont il est le plus souvent difficile de saisir l’enchaînement. Ce qu’on qualifie de « fortune des armes » vient encore compliquer le tout. Bien des chefs militaires auraient conduit autrement leurs batailles perdues, s’ils avaient su ce qu’ils apprirent par la suite — connu ce qui se trouvait « de l’autre côté de la colline » comme disait Wellington — c’est-à-dire les dispositions et les intentions de l’ennemi. À la guerre, comme dans la vie, le hasard joue un grand rôle. « Est-il heureux ? » s’informait toujours Napoléon. Lire les premières lignes

  p. 264-273
  p. 274-294
  p. 295-308
  p. 309-320
  p. 321-329
  p. 330-336

Traduit et extrait de la revue américaine Foreign Affairs d'octrobre 1961.

  p. 337-348

Chroniques

  p. 349-355
  p. 355-361
  p. 361-366
  p. 366-372
  p. 372-377

Bibliographie

Nous avons déjà présenté dans notre « Bibliographie » le tome I de l’ouvrage de Pierre Rondot. Il en paraît une nouvelle édition, augmentée d’un second tome. Lire la suite

  p. 878-878

Louis Armand et Michel Drancourt : Plaidoyer pour l’avenir  ; Éditions Calmann-Lévy, 1961 ; 254 pages - Jean Némo

Les auteurs ont voulu donner dans ce livre « un éclairage nouveau des divers problèmes que pose la vie de l’homme en société ». Disons tout de suite qu’ils ont largement réussi dans leur propos, et que ce livre emporte l’adhésion avec une force remarquable. Lire la suite

  p. 379-380

Claude Julien : La révolution cubaine  ; Éditions Julliard, 1961 ; 276 pages - Jean Némo

Après un historique de la révolution cubaine, dont on peut regretter qu’il n’est pas toujours aussi clair qu’on le pourrait souhaiter, Claude Julien, dans un long et remarquable chapitre de conclusion, tire les leçons de ce qu’il a vu à Cuba. Il faut noter que ce livre a été écrit bien avant les événements d’avril 1961 et de l’échec de la tentative contre-révolutionnaire. Lire la suite

  p. 380-380

Général Edmond Ruby et Général Jean Regnault : Bazaine, coupable ou victime ?  ; Éditions E. Peyronnet, 1960 ; 389 pages - Jean Némo

« À la lumière de documents nouveaux », les deux auteurs ont entrepris la tâche délicate de répondre à la question posée dans le titre, question que tous ceux qui ont lu l’histoire de la guerre de 1870 se sont posée, et à laquelle il n’a jamais été donné de réponse satisfaisante. Celle que donnent les généraux Ruby et Regnault ne convaincra pas le lecteur. Les auteurs estiment qu’il est clair que Bazaine n’a pas trahi, mais qu’il « reste au passif du Maréchal nombre d’insuffisances, de faiblesses, d’erreurs » ; ils jugent qu’il ne fut pas un incapable, mais qu’il « succomba sous les difficultés de la tâche et l’ampleur de son commandement » ; enfin, ils pensent qu’il fut victime « de son obéissance et de sa fidélité à ses souverains ». Lire la suite

  p. 380-382

Robert Catherine : Le fonctionnaire français : droits, devoirs, comportement  ; Éditions Albin Michel, 1961 ; 416 pages - Jean Némo

On pourrait croire, à la lecture du titre de ce livre, qu’il contient une étude sociologique sur les fonctionnaires en France. Il n’en est rien. Robert Catherine, ayant professé un cours à l’Institut des hautes études d’outre-mer, a élargi et tout en même temps précisé son travail, pour indiquer en détail ce que devrait être le comportement du fonctionnaire, à partir de ses droits et de ses devoirs, tels que les définissent le droit et la jurisprudence. Lire la suite

  p. 382-383

Marcel Thomas : L’Affaire sans Dreyfus  ; Éditions Fayard, 1961 ; 587 pages - Jean Némo

Un nouveau livre sur l’Affaire. Mais pourquoi « sans » Dreyfus ? Parce que l’auteur estime que Dreyfus, victime d’une monstrueuse erreur judiciaire, provoquée à l’origine par une série de menues et malencontreuses circonstances, dans lesquelles n’entrait aucune intention délibérée de nuire à un officier israélite, n’a prêté que son nom à un drame national auquel il n’a pas eu part. Marcel Thomas est convaincu que le coupable est Esterhazy, qui a bénéficié, plus que de sa propre habileté à prêcher en eau trouble, de la coalition d’abord improvisée, puis savamment et sciemment organisée, de quelques officiers de l’État-major de l’Armée, désireux de protéger nos services secrets, puis de plus en plus acculés à des fautes graves pour se sauver eux-mêmes. Il estime que, si sa thèse peut recevoir des retouches de détail – car personne ne peut se vanter de déterminer la vérité absolue dans une affaire aussi complexe – elle ne saurait néanmoins, maintenant que les dossiers secrets peuvent être consultés et étudiés à loisir, être fondamentalement remise en question. Lire la suite

  p. 383-383

Gaston Wiet : Grandeur de l’Islam  ; Éditions de la Table Ronde, 1961 ; 376 pages - Jean Némo

Neuf siècles de l’histoire de l’Islam sont présentés dans ce livre sous la forme d’extraits des auteurs contemporains ou relativement proches des événements qui y sont relatés. Un commentaire discret relie les textes et en assure la continuité. Ainsi se déroulent, pour le lecteur, sous des formes diverses, parfois poétiques, parfois lyriques, parfois épiques, les hauts faits de la période la plus glorieuse de l’Islam, « de Mahomet à François Ier », comme l’indique le sous-titre. Lire la suite

  p. 383-384

Yves Guilbert : La poudrière cubaine. Castro l’infidèle  ; Éditions de la Table Ronde, 1961 ; 252 pages - Jean Némo

« Changer de maître, ce n’est pas être libre. » C’est sur cette sentence de José Marti que s’ouvre ce livre, et le choix de cette citation indique bien l’esprit dans lequel ce livre a été écrit. C’est le récit, souvent traité de façon anecdotique, de la révolution cubaine, et que le lecteur aurait sans doute préféré voir raconter d’une façon plus synthétique en même temps que plus chronologique. ♦

  p. 384-384

Amiral Pierre Barjot : Histoire de la guerre aéronavale  ; Éditions Flammarion, 1961 ; 441 pages - Jean Némo

Ce gros ouvrage est une réédition mise à jour d’un livre paru en 1943. La mort prématurée de l’auteur ne lui a pas permis de revoir le texte, travail dont s’est chargé Stéphane Murat. Lire la suite

  p. 384-384

Revue Défense Nationale - Février 1962 - n° 199

Revue Défense Nationale - Février 1962 - n° 199

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Février 1962 - n° 199

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.