Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Repères - Opinions - Débats

Voici l'intervention de l’amiral Lefebvre, chef d’état-major de la Marine, lors du XIVe symposium international sur la puissance maritime organisé par l'US NAvy en novembre 1997 au Naval Warfare College (Newport). Il traite des menaces potentielles du XXIe siècle : un contexte nouveau engendre des menaces nouvelles ce qui nécessite d'approfondir la réfléxion.

  p. 3-9

L'auteur nous incite vivement à redéfinir une politique de défense qui tienne compte de la situation mondiale actuelle.

  p. 10-14

L'auteur commente la mutation du dispositif de défense, et la replace dans le contexte plus vaste des évolutions de long terme que connaissent les sociétés française et internationale.

  p. 15-24
  p. 25-33

En octobre dernier, nous avions beaucoup apprécié l’étude de l'auteur sur la guerre révolutionnaire. Nous sommes heureux de publier à nouveau les excellentes réflexions de cet officier, actuellement stagiaire au CID, sur les mutations stratégiques et la nouvelle forme que connaît le mercenariat. Lire les premières lignes

  p. 34-44

L'auteur nous faire connaître son opinion sur la situation de certaines de nos banlieues et sur les menaces qu’elle représente pour l’ordre républicain.

  p. 45-56

L'auteur, contrôleur général et spécialiste de toutes les questions traitant des armements, actualise son article de juillet 1985 en le situant dans le contexte 1998.

  p. 57-64

La Grande-Bretagne assurant la présidence de l’Union européenne alors que sa position dans bien des domaines est et reste ambiguë, l'auteur, spécialiste des relations internationales, étudie ce couple Paris-Londres qui, par certains côtés, paraît bien original !

  p. 65-75

Il n’entre, à aucun moment, dans l’intention de l’auteur de ce texte, ancien ambassadeur, de critiquer de manière stérile des rapports dont la qualité et l’utilité sont indéniables ; mais de s’interroger, sur la possibilité de réunir, dans un cadre approprié, les deux faces de toute politique d’assistance, autrement dit : de lier l’étude des montants et des conditions de l’aide fournie à l’analyse des résultats obtenus. Qu’il s’agisse, pour les pays producteurs de richesses excédentaires de poursuivre, avec le Sud, la recherche du progrès ; ou de prendre part, à l’Est, à l’oeuvre de réhabilitation consécutive à la faillite du marxisme, la coopération doit être conçue et appliquée comme un tout indissociable.

  p. 76-90
  p. 91-102

En janvier dernier, l'auteur, spécialiste de cette poudrière qu’est le Proche-Orient, nous faisait connaître son opinion sur la sécurité de l’État d’Israël. Cette fois-ci, il aborde la politique américaine dans cette région, d’une part envers l’Irak de Saddam Hussein, d’autre part à l’égard de l’État hébreu. Nous sommes conscients que les arguments émis peuvent prêter à observations de toutes sortes.

  p. 103-115
  p. 116-129
  p. 130-145

Chroniques

  p. 146-150
  p. 151-162
  p. 163-166
  p. 167-170
  p. 171-175
  p. 176-180
  p. 181-183
  p. 184-188

Bibliographie

Philippe Aziz : Mahomet, le glaive, l’amour, la foi (570-632)  ; Ramsay, 1997 ; 415 pages - Claude Le Borgne

Philippe est un prénom de plume : Aziz est né musulman en Tunisie. Musulman d’origine, écrivain et journaliste au Point, auteur d’un livre à succès sur l’actualité de l’islam en France (Le Paradoxe de Roubaix, Plon, 1996), voilà qui justifie que l’on porte attention à la biographie du Prophète, qu’après tant d’autres, il nous propose. Son parti pris est affiché en introduction : restituer à notre usage le Mouhammad des auteurs musulmans, dont les principaux sont Tabâri et ses Chroniques, Waqidi et ses Campagnes, Ibn Ishaq et sa Sîra. Leurs écrits, que les rationalistes critiquent, sont pour Philippe Aziz documents historiques : reflets de la mentalité des premiers croyants, ils nourrissent la foi de leurs successeurs. Au demeurant, les chroniqueurs dont il cite de larges extraits ne sont point des hagiographes primaires ; leur sens critique et leur humour seront, pour nombre de lecteurs, une rafraîchissante découverte (1)Lire la suite

  p. 189-189

Philippe Boisseau : Les loups sont entrés dans Bizerte  ; (préface de Jean-Claude Barreau) France-Empire, 1998 ; 158 pages - Claude Le Borgne

On a peu écrit sur la bataille de Bizerte (1). Cette discrétion tient peut-être à la brièveté de l’affrontement et à son caractère atypique à l’époque : parenthèse gaullienne dans une guerre d’Algérie que de Gaulle n’aimait pas. Alors que se menaient de difficiles et pénibles négociations avec le FLN, il ne déplaisait sans doute pas au chef de l’État de répondre aux provocations de Habib Bourguiba, dont l’armée avait investi notre base, et de montrer au monde que la France et son armée demeuraient respectables. Par une coïncidence heureuse, l’affaire, en juillet 1961, se situe trois mois après le putsch des généraux, et on y a engagé, à côté de deux autres, le seul des régiments paras qui s’en soit tenu totalement à l’écart. Lire la suite

  p. 190-190

Jean-Marie Cotteret : Gouverner c’est paraître  ; Puf, 1997 ; 136 pages - Pierre Morisot

« Commander, c’est prévoir » enseignait-on dans les écoles militaires. Le libellé du titre est ici renforcé d’emblée : « Le pouvoir appartient aux plus apparents ». Lire la suite

  p. 190-191

La commission française d’histoire militaire, sous la direction du général J. Delmas, a demandé à vingt-cinq historiens et militaires de traiter le problème mal connu de la défense des frontières pendant la guerre d’Algérie. Dans les 1re et 4e parties sont présentées les réalisations antérieures et postérieures : limès romain, fortifications européennes, barrage établi par Kitchener contre les Boers en 1901 et par les Italiens en Libye en 1931, zone démilitarisée de Corée depuis 1954, barrages actuels d’Israël. La 2e partie rassemble des études approfondies sur l’évolution des barrages frontaliers, leur surveillance aérienne et terrestre, leur coût et les technologies employées (électrification, mines, radars-canons, herses, etc.). L’étude sur l’ALN de Tunisie et du Maroc confronte les sources algériennes et françaises. La 3e partie est constituée de témoignages de fantassins, de cavaliers, de sapeurs, d’artilleurs et de marins ayant exercé des responsabilités sur les frontières Est et Ouest. Lire la suite

  p. 191-192

Philippe Conrad : Histoire de la Reconquista  ; Puf, 1998 ; 127 pages - Maurice Faivre

Dans ce petit livre très dense, Philippe Conrad présente les neuf siècles d’affrontements qui ont opposé aux occupants musulmans les chrétiens du Nord de l’Espagne. Il en retrace les étapes militaires : la résistance spontanée des Basques et des Cantabrais, et en Andalousie les insurrections des mozarabes opprimés, puis l’action volontariste, pas toujours coordonnée, des rois des Asturies, de Castille et d’Aragon, auxquels se joignent épisodiquement Catalans, Portugais et Français. Défensive face au puissant et brillant califat de Cordoue (931-1023), puis aux empires almoravides et almohades (de 1086 à 1230), cette action est nettement offensive dans les périodes de division des musulmans. Tolède est prise en 1085, Cordoue en 1236, Séville en 1248. Après le retrait des almohades, le dernier royaume nasride (Grenade) admet la souveraineté du roi d’Aragon tout en préparant la revanche. En 1469, le mariage de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille inaugure l’unité religieuse et territoriale de l’Espagne, qui sera achevée par la prise de Grenade en 1492, et par l’expulsion en 1614 de 300 000 morisques jugés inassimilables. Lire la suite

  p. 192-193

Yves Lacoste (dir.) : Dictionnaire géopolitique des États 1998  ; Éditions Flammarion, 1998 ; 677 pages - Michel Klen

Selon le géographe Yves Lacoste, la géopolitique met en lumière « les rivalités de pouvoir sur des territoires ». Toute analyse de situation doit donc se référer à des États, notamment à « leurs relations plus ou moins conflictuelles ou, pour chacun d’eux, aux problèmes de géopolitique interne, tels que les inégalités régionales ou les revendications de minorités nationales ». Pour mieux comprendre les défis de notre planète à l’aube du troisième millénaire, qu’il s’agisse de nouveaux bouleversements politiques en Europe de l’Est et de leurs répercussions en Europe de l’Ouest, de l’effondrement de l’équilibre régional en Afrique centrale, de la tourmente monétaire en Asie du Sud-Est, des ambitions stratégiques de la Chine, la géopolitique propose une méthode d’étude rationnelle et efficace. À ce titre, la mise à jour du dictionnaire des États représente un événement important pour tous les observateurs des grands problèmes internationaux. Lire la suite

  p. 193-194

Olivier Weber : Lucien Bodard : un aventurier dans le siècle  ; Éditions Plon, 1997 ; 1 021 pages - Michel Klen

Considéré comme un monstre sacré du journalisme, Lucien Bodard a rendu compte dans de nombreux reportages et livres des principaux événements de la seconde moitié du XXe siècle. C’est une véritable vie de légende et d’aventures que nous fait découvrir Olivier Weber, grand reporter au magazine Le Point, avec cette passionnante biographie du célèbre « baroudeur-écrivain ». Ce fils de consul naquit à Chongqing en 1914. Dans cette cité de la province chinoise du Sinchuan traversée par le Yang-Tse-Kiang, l’enfance de Lucien Bodard fut confrontée à la fois aux raffinements de l’Orient et aux cruautés imprévisibles des seigneurs du fin fond de la Chine. Ses premiers souvenirs furent en effet des images de têtes coupées et de suppliciés. De cette expérience, il a tiré des qualités particulières de « narrateur de l’atrocité » et un don certain de l’observation des faits les plus complexes. Cette éducation asiatique a façonné un caractère plein de contradictions, un goût de l’action et une personnalité toujours attirée par l’histoire et la culture de l’Extrême-Orient. Lire la suite

  p. 194-197

Isabelle Gasperi (avec la collaboration de Jean-Paul Paireault et Richard Nourry) : La Gendarmerie, son histoire, ses missions  ; Sélection du Reader’s Digest, 1997 ; 221 pages - François Dieu

Malgré divers efforts déployés ces dernières années, la gendarmerie demeure, pour l’essentiel, un objet de recherche ignoré et une institution méconnue, comme victime d’un certain ostracisme de la part des chercheurs, ce faible intérêt pouvant s’expliquer par la conjonction d’au moins quatre principaux facteurs. Lire la suite

  p. 197-198

Revue Défense Nationale - Avril 1998 - n° 597

Revue Défense Nationale - Avril 1998 - n° 597

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Avril 1998 - n° 597

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.