Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

L’auteur ancien inspecteur général des armées, nous présente un texte qui constitue une synthèse des thèmes qui seront développés lors du colloque qu’organise le Centre d’étude et de prospective stratégique le 18 juin 1998.

  p. 5-7

Les anciens combattants

  p. 8-9
  p. 10-11
  p. 12-18
  p. 19-24
  p. 25-26
  p. 27-31
  p. 32-33

La participation, directe ou indirecte, organisée ou diffuse, des anciens combattants aux actions ou aux modalités de la défense civile — qui recouvre, au sens large, la sécurité intérieure du temps de paix en intégrant la dimension de la menace extérieure — est tellement traditionnelle et tellement multiforme qu’elle est difficile à analyser. Dans le lien permanent avec la défense, on ne doit pas éluder ce volet. Aussi, avons-nous demandé à un membre du conseil d’administration de la revue, familier de l’administration du territoire, de recueillir sur ce thème les réflexions d’un praticien de la défense civile par le moyen d’un feu libre de questions et réponses.

  p. 34-36
  p. 37-39
  p. 40-44

Repères - Opinions - Débats

L’auteur de cette étude, qui complète un article du général Fricaud-Chagnaud, prépare un doctorat à l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève et à l’université de Paris XI dans laquelle il enseigne les relations internationales. Il nous apporte des éléments juridiques concernant un sujet délicat. Nous précisons à nouveau que nous estimons inappropriée l’expression « droit d’ingérence

  p. 45-55

L'auteur nous livre ses réflexions sur une crise au Proche-Orient qui, après avoir fait craindre une conflagration comme en 1991, a brusquement disparu de nos préoccupations.

  p. 56-61

Au fil des ans et des événements, nous avons beaucoup publié sur la coopération franco-allemande. Néanmoins, une synthèse, sorte de mise au point globale, a paru fort intéressante. Ainsi sont abordés, la marche forcée de l'après-guerre froide, le problème de l'emploi du Corps européen et la coopération mal engagée sur le programme Hélios II.

  p. 62-68
  p. 69-83

L'auteur, ancien ambassadeur au Salvador et en Sierra Leone, nous décrit, dans l’article qui suit, la gestion des crises telles qu’elles se présentent aux diplomates en poste à l’étranger. Cette étude est particulièrement intéressante, car nos auteurs ont surtout l’habitude de traiter cette question sous son aspect militaire. Après avoir détaillé les différents types de crise, il rappelle que les crises sont difficiles à anticiper avant d'expliquer les missions qui sont à mettre en place en cas de crise.

  p. 84-99

L'auteur nous propose une analyse, d’une conception philosophique élevée, des fondements de la stratégie, et de ses applications.

  p. 100-121
  p. 122-127

Bien des choses ont changé depuis que nous avons organisé un colloque sur la Moyenne-Asie en 1992. Ce sont cette évolution et la situation actuelle de cette région que nous décrit l’auteur ; un ensemble géographiquement et historiquement incohérent dont il fait un tour d'horizon : des États centraux issus de l'URSS à une frange méridionale de l'Asie médiane en passant par la périphérie de l'Asie médiane. Il a borde également l'Asie médiane dans les relations internationales.

  p. 128-142
  p. 143-153

Chroniques

  p. 154-158
  p. 159-168
  p. 169-173
  p. 174-178
  p. 179-180
  p. 181-184
  p. 185-187
  p. 188-191

Bibliographie

Pascal Chaigneau : Dictionnaire des relations internationales  ; Économica, 1998 ; 591 pages - Marcel Duval

Nos lecteurs connaissent Pascal Chaigneau puisqu’il a publié des articles remarqués dans cette revue, et qu’il est membre du Comité d’études de défense nationale qui l’édite ; mais ils ne savent peut-être pas qu’il est un extraordinaire savant, car il est titulaire de quatre doctorats (lettres, droit, sciences politiques et économie), en même temps qu’un professeur des relations internationales très demandé (Paris V, HCC, Centre de perfectionnement aux affaires) et un organisateur plein d’allant (il dirige l’École supérieure de journalisme, l’École des hautes études politiques et sociales, l’École des hautes études internationales, ainsi que le Centre d’études diplomatiques et stratégiques). Aujourd’hui, avec le talent qu’on lui connaît, il nous présente un Dictionnaire des relations internationales, dont il a dirigé la rédaction, avec la collaboration de Ramanisa Andriantsoa, Fereydoun Khavand, Thierry Garcin, Édouard Theysset. Lire la suite

  p. 192-192

Kautiliya : Arthasastra ; traité politique et militaire de l’Inde ancienne  ; (présentation de Gérard Chaliand) Éditions du Félin, 1998 ; 122 pages - Claude Le Borgne

Quiconque écrit sur la stratégie se doit de citer Sun Zi (alias Sun Tseu). On pourra désormais varier les références et s’appuyer sur Kautiliya. Maurice Prestat nous avait présenté le Chinois (Economica, 1978) ; Gérard Chaliand nous offre l’Indien. L’un et l’autre, Kautiliya et Sun Zi, ont en commun le brouillard qui entoure leur identité et leur époque (ancienne assurément), leur position de conseiller du prince, leur amoralisme et le caractère impitoyable des conseils qu’ils prodiguent, le goût des aphorismes et des énumérations que l’on tenait jusqu’à maintenant pour chinoiseries. Lire la suite

  p. 192-193

André Liebich : Les minorités nationales en Europe centrale et orientale  ; Georg, Genève, 1997 ; 187 pages - Pierre Morisot

« Ce livre fait une synthèse de la situation des minorités… » annonce d’emblée le communiqué de presse : affirmation discutable. Certes, une première partie énonce clairement d’utiles considérations d’ordre général. Elle insiste fort à propos sur les difficultés de définition et le flou des données statistiques et montre bien les différences, au sein d’une Europe « centripète à l’Ouest, centrifuge à l’Est », entre nos États occidentaux qui « se sont constitués par le rassemblement de provinces disparates » et ceux, traités ici, qui, par suite d’un « mouvement de décolonisation avant la lettre », sont « nés tardivement de l’éclatement des empires » monarchiques ou communistes, lesquels avaient imposé des solutions fédéralistes. Une brève conclusion constate par ailleurs que les malheurs des minorités « se ressemblent étrangement » en cette « époque de bouleversements profonds, pudiquement appelée transition ». Lire la suite

  p. 193-194

Serguei Kostine : Bonjour « Farewell »  ; Éditions Robert Laffont, 1997 ; 330 pages - Michel Klen

En juillet 1981, au sommet d’Ottawa, quelques semaines après la formation en France d’un gouvernement qui inquiète Washington en raison de la présence de quatre ministres communistes, le président Mitterrand remet à Ronald Reagan un dossier qui rassure les États-Unis sur les intentions véritables de Paris. En effet depuis plusieurs mois, la France manipule une taupe (nom de code « Farewell ») qui est implantée dans l’une des divisions les plus sensibles du KGB. Lors d’une entrevue, le chef de l’État français partage le secret avec son homologue américain et lui révèle l’ampleur du pillage soviétique dans le monde. Le président Reagan, dont la méfiance a disparu d’un coup, est alors consterné par ce qu’il qualifie de « l’une des plus grandes affaires d’espionnage du XXe siècle ». Lire la suite

  p. 194-196

Pascal Boniface : Repenser la dissuasion nucléaire  ; Éditions de l’Aube, 1997 ; 214 pages - Jérôme Heurtaux

« Peut-on, aujourd’hui et demain, être encore une puissance nucléaire sans être une superpuissance et tout en étant insérée normalement dans le jeu mondial ? ». La question qui clôt l’introduction de l’ouvrage de Pascal Boniface éclaire d’entrée de jeu la position paradoxale de la France au sujet de la dissuasion et de la détention d’armes nucléaires. La France n’est pas une superpuissance, c’est entendu. Pourtant elle ne cesse de se comporter comme une superpuissance. Sous de Gaulle elle refuse de signer le traité de Moscou qui en 1963 interdit en partie les essais nucléaires. Sous Chirac, elle s’autorise quelques essais supplémentaires en dépit de l’opinion internationale. « La difficulté pour la France sera toujours la même : alors qu’elle n’a ni lancé ni participé à la course aux armements, elle apparaît comme une empêcheuse de désarmer en rond » (p. 90). Ses initiatives sont mal comprises, et ses ambitions estimées illégitimes. Lire la suite

  p. 196-198

Revue Défense Nationale - Juin 1998 - n° 599

Revue Défense Nationale - Juin 1998 - n° 599

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juin 1998 - n° 599

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.