L’été 2011 a été arabe et plus précisément libyen. Il a fallu la combinaison de toutes les stratégies mises en place, politique, juridique, financière et militaire avec un mouvement de convergence tactique d’un certain nombre de chefs rebelles pour que Tripoli et le régime tombent. Une autre révolution commence, civile, sociale, économique, qui va devoir fédérer les diverses forces déployées et créer un État viable, maillon central entre Tripolitaine et Cyrénaïque, Maghreb et Machrek. C’est à une vraie recomposition de l’Afrique du Nord que nous avons contribué par l’emploi déterminé de nos moyens militaires ; elle influence directement le développement et la sécurité de la Méditerranée, et notamment de son bassin occidental, qui est notre voisinage immédiat. Lire la suite

  p. 1-1

Toutes les sociétés arabes ont été ébranlées ; c’est la soif de modernité sociale et politique qu’ont exprimée un appel collectif à la dignité et une solidarité sociologique qui les unit. À l’intérieur des sociétés, révolutions et modernisations se combinent selon les cas. Au Moyen-Orient, un nouvel ordre s’esquisse avec des tensions accrues. Le processus se poursuit. Lire les premières lignes

  p. 5-7

L’auteur nous livre une réflexion générale sur les notions de guerre, de stratégie et de puissance et sur les rapports complexes qu’ils entretiennent au début du XXIe siècle. À la lumière des engagements récents de la France, il les réinterprète en montrant combien la combinatoire actuelle requiert le sens du bon voisinage, la volonté d’équilibre et de compromis pour préserver ce qu’il ne nomme pas mais qui est au coeur de l’identité, la liberté de choisir son propre destin. Lire la suite

  p. 9-16

Restaurer l’esprit de défense est une tâche ardue à laquelle les spécialistes s’appliquent avec une constance méritoire. La difficulté tient en deux propositions : notre pays en ses frontières n’est menacé par personne ; le serait-il, il n’est pas certain que l’on trouve beaucoup de Français prêts à mourir pour sauver la société que l’on voit. Ma seconde proposition, dira-t-on, est sans valeur, la réapparition d’une grosse menace étant propre à susciter un patriotisme nouveau. Soit ! En attendant, les nostalgiques de l’esprit de défense ne ménagent pas leur peine pour substituer à l’amour de la patrie des « valeurs » qui mériteraient qu’on se batte pour les défendre ou les répandre. À y bien regarder, ils n’en proposent que deux : la liberté et la laïcité. Or ni l’une ni l’autre n’est, en soi, une valeur. Lire la suite

  p. 8-8

Approvisionnements critiques

Le développement de la France passe par son approvisionnement régulier en produits énergétiques et miniers dont la production est désormais sous forte contrainte et l’acheminement menacé par de nouveaux risques en matière de sécurité. Les ressources stratégiques, gaz et métaux rares principalement, doivent faire l’objet d’une protection accrue pour garantir la continuité et la sécurité de leur approvisionnement et éviter que des crises les concernant n’affaiblissent notre position. Lire les premières lignes

  p. 19-27

La vulnérabilité des matières stratégiques, notamment des sources d’énergie, et les risques encourus dans leur transport vers les pays européens nécessitent une prise de conscience et des stratégies collectives. Telle est la thèse de l’auteur qui développe une réflexion sur la géostratégie de l’énergie. Lire les premières lignes

  p. 29-34

Corruption et criminalité

Le philosophe s’interroge sur l’impact de la corruption sur la sécurité nationale, et par des détours juridiques, moraux et économiques, met en évidence les menaces majeures que présente pour la démocratie la combinaison des phénomènes de corruption politique et médiatique. Lire les premières lignes

  p. 35-40

Rarement évoquées, la corruption et la criminalisation larvée des échanges internationaux constituent une menace pour la sécurité et le développement de la planète. C’est, selon l’auteur, expert de ces questions, autour de réflexes collectifs et de sociétés équilibrées que peut s’organiser la défense contre ces nouveaux ennemis communs. Lire les premières lignes

  p. 41-44

Une circulation souterraine d’armes de guerre illégales, alimentée par des filières balkaniques, s’est progressivement établie en France. Bien que limitée, elle mine la sécurité de tous les citoyens et l’autorité de l’État. Mais de nouveaux circuits indirects pourraient résulter des désordres du « printemps arabe » et alimenter des bandes périurbaines constituées. Une nouvelle vigilance s’impose. Lire les premières lignes

  p. 45-51

D’ordinaire on en prend pour notre grade : nous sommes un pays fichu à la gloire éteinte, nos vins sont frelatés, notre cuisine infecte, notre littérature poussiéreuse, notre industrie en ruine, et lorsque The Wall Street Journal ou Fox News sont en forme ou en manque de sujets (le French Bashing est là-bas un marronnier), nous sommes tous des pervers sexuels, nos universités ne produisent que des analphabètes et nos routes ne sont bordées d’arbres que pour que l’armée allemande puisse y marcher à l’ombre. Lire les premières lignes

  p. 52-52

Repères - Opinions - Débats

Il n’y a de vraies surprises que pour qui refuse de s’informer ou fait preuve de distraction ou de désintérêt. L’analyse prospective des services compétents et leur perspicacité sont rarement prises en défaut. Ce qui est coupable n’est pas tant d’être pris par surprise que d’être neutralisé par saisissement et démuni par impéritie. Lire les premières lignes

  p. 55-57

L’information est l’outil principal d’une stratégie d’influence sur le terrain. Le chef militaire doit apprendre à l’intégrer d’emblée à la manoeuvre et à la combiner étroitement aux actions de coercition. C’est un vrai système d’armes de l’influence qui est proposé ici avec ses capacités et ses principes. Lire les premières lignes

  p. 59-64

C’est à une tentative d’interprétation des lignes de partage et de fracture stratégiques qui tendent à organiser la planète du début du XXIe siècle que nous convie l’auteur. À partir d’une analyse géostratégique de la configuration qui a suivi la fin de la guerre froide et de l’action de l’Alliance atlantique sous inspiration américaine, il théorise une grille de lecture originale qui met en scène les points chauds de la mondialisation. Lire les premières lignes

  p. 65-73

Cette réflexion sur l’évolution de la posture stratégique française pose la question de l’évolution de la puissance depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La guerre froide avait ménagé la posture gaullienne d’indépendance nationale dans l’alliance occidentale. Depuis la fin de celle-ci, l’évolution de la construction européenne pose la question de sa mutualisation dans un espace européen à la personnalité encore indécise. L’auteur en évoque les contraintes et suggère une nouvelle approche. Lire les premières lignes

  p. 75-82

À la lumière des repères de la science politique, l’auteur passe au crible les récentes crises africaines, de la Libye à la Côte d’Ivoire, et voit dans la nouvelle détermination de la communauté internationale à valider fermement la démocratie, un tournant dans l’histoire de l’Afrique. Lire les premières lignes

  p. 83-85

L’examen de livres, récents ou non, sur la Russie et son histoire notamment guerrière permet de dégager des pistes sur sa capacité de résistance et d’engagement et de cerner des invariants de la posture stratégique de ce grand pays dont la destinée pourrait pencher vers l’Ouest. Lire les premières lignes

  p. 86-90

En dénonçant les faiblesses militaires apparues notamment à l’été 2008, le Premier ministre russe alimente sa réflexion au besoin de grandeur et de fierté russe frustré par les deux décennies postsoviétiques. En détaillant ses lacunes nombreuses, il se propose de restaurer l’appareil militaire russe en esquissant une politique de réarmement. L’auteur, russologue averti, livre son analyse d’un discours poutinien patriotique à usage électoral. Lire les premières lignes

  p. 91-98

L’auteur fait un plaidoyer pour desserrer l’étau des contraintes qui limitent les capacités d’action militaire de la France. Pour assumer ses tâches extérieures et tenir son rang militaire, il faut des systèmes simples, rustiques, mobiles et des effectifs suffisants. Lire les premières lignes

  p. 99-102

Avec sa verve habituelle et son esprit d’analyse décapant, l’auteur enchaîne la lecture de trois livres récents qui tentent de statuer sur l’existence et la nature de Dieu ; il leur consacre un débat inattendu, à la vigueur roborative. Lire les premières lignes

  p. 103-106

Revues - Rapports

Extrait de l’allocution du Chef d’état-major des armées, à la 19e promotion de l’École de Guerre, le 12 septembre 2011. Lire la suite

  p. 109-111

Le 49e salon de l’aéronautique du Bourget s’est achevé sur un plein succès. Véritable « vitrine » de la haute technologie aéronautique, on a pu y admirer de remarquables aéronefs modernes, à la pointe de la technique, et en particulier, côté militaire, l’hélicoptère de combat de l’aviation légère de l’Armée de terre (Alat) Tigre qui a, à lui seul, attiré un nombre considérable de curieux. L’actualité y est sans aucun doute pour quelque chose car il fait des merveilles dans le cadre des opérations conduites par l’Armée de terre en Afghanistan et en Libye. Les médias l’ont à plusieurs reprises mis à l’honneur et il est ici intéressant de s’interroger sur la façon dont sont très souvent (voire trop) traitées les opérations militaires au travers du prisme exclusif et réducteur des équipements engagés. Il suffit pour s’en convaincre de lire les articles sur les opérations en cours ou récentes pour n’y trouver en général que des commentaires sur l’efficacité et les performances de tel ou tel hélicoptère. Lire les premières lignes

  p. 111-114

Le Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) a célébré en 2010 ses quarante ans d’existence. Composé de 89 membres des forces armées issus de leur propre conseil fonctionnel d’armée (1), c’est l’instance suprême de concertation des militaires définie dans leur statut général (2). Mais malgré cette consécration, force est de reconnaître que le CSFM souffre d’un certain discrédit au sein de la communauté militaire. De leur côté, les membres du Conseil expriment régulièrement leur volonté de revivifier un dispositif ne leur semblant plus répondre à la demande de dialogue interne qu’ils portent au nom de leurs camarades. Lire les premières lignes

  p. 114-119

À l’automne 2009, le monde a été confronté à sa troisième pandémie grippale en moins d’un siècle. Forte contagiosité, faible mortalité sont les deux traits caractéristiques désormais associés à ce nouveau variant du virus grippal A/H1N1 : 8 à 15 millions de Français touchés, plus de 1 300 cas graves et 312 décès constituent les principales données épidémiologiques pour le territoire national. Certains éléments conclusifs ont une portée suffisante pour préparer les éventuelles crises du futur. En effet, le gouvernement français a organisé sa réponse sanitaire en fonction des données virologiques et épidémiologiques disponibles à une époque où personne n’était en mesure de déterminer quelle serait la cinétique exacte de la pandémie. Dans ce cadre, le ministère de la Défense s’est organisé de façon inédite pour la circonstance et permettre aux armées et à la Gendarmerie de mener concurremment les missions vitales de sécurité du pays et le soutien des actions de protection de la population. Lire les premières lignes

  p. 119-122

« Notre appartenance au monde des images est plus fort, plus constitutif de notre être que notre appartenance au monde des idées ». Cette réflexion du philosophe Gaston Bachelard (1884-1962) pourrait servir de référence à la civilisation de l’information dans laquelle nous sommes entrés brutalement à la fin du XXe siècle. Les images se sont en effet imposées comme les supports les plus efficaces de la communication contemporaine. Leur très fort pouvoir affectif procure une plus-value incontestable à l’information en flux continu qui submerge notre société depuis le développement exponentiel des technologies modernes. Mais cette nouvelle donne peut provoquer deux types de réactions dans le village planétaire. D’un côté, elle peut accompagner une dynamique de fascination pour un événement ou un personnage et servir de vecteur conséquent à un message. De l’autre, la diffusion d’une séquence peut au contraire susciter un sentiment de rejet, voire d’exécration, à l’encontre d’une circonstance ou d’un individu. Dans ce cas, l’image servira de plate-forme pour un engagement en faveur d’une cause (par exemple contre une guerre). L’adhésion à une information ou la condamnation de la même information dépend donc, en grande partie, de la façon dont elle est présentée. Lire les premières lignes

  p. 122-124

Dix ans après les attentats du 11 septembre 2001, le temps des commémorations invite les Américains à définitivement tourner la page de la guerre contre le terrorisme. Qu’en est-il au niveau politique ? Les États-Unis rencontrent des difficultés dans la redéfinition de leur posture stratégique post-11 septembre, difficultés qui transparaissent encore au plan transatlantique au terme de la phase purement militaire de la campagne libyenne ; mais aussi en Afghanistan et en Irak à l’horizon d’un retrait en 2014-2015 ; en Asie-Pacifique avec les incertitudes du dialogue sino-américain ; et enfin à Washington même, où l’avenir des forces dépend de la guerre des chiffres. Lire les premières lignes

  p. 124-128

« Un cyclone approche de l’Asie centrale, alliant les stupéfiants, la criminalité et les émeutes ». Ce sombre tableau a été dressé, le 16 mars 2011, par le directeur du Service russe de contrôle des drogues. Le Turkestan, pourtant, a pu résister aux tentations du « printemps arabe » et connaît même des évolutions encourageantes. Il n’en reste pas moins que toute la région commence à souffrir, Kazakhstan et Xinjiang en tête, d’une instabilité chronique qui ne laisse pas d’être inquiétante. Lire les premières lignes

  p. 128-131

Pour lutter contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), le Mali a mis en place un programme appelé Pirin, « Programme d’intervention d’urgence pour la réduction, voire l’éradication de l’insécurité », au Nord du pays. Ce programme de la politique nationale malienne doit combattre le crime organisé, le trafic de drogue et le terrorisme. Il repose aussi sur le renforcement des acteurs de la chaîne pénale et la récupération des armes de guerre et de petit calibre illégalement détenues. La construction et la réhabilitation de casernes ont été envisagées pour des postes avancés de sécurité, des brigades de gendarmerie et des commissariats de police. Le plan comporte également un volet social qui prévoit la réalisation d’infrastructures au profit des communautés : centres de santé, écoles, forages pour l’approvisionnement en eau potable. Lire les premières lignes

  p. 131-133

Recensions

Bruno Tertrais : La menace nucléaire - 25 questions décisives  ; Armand Colin, 2011 ; 158 pages - Jérôme Pellistrandi

Au moment où, hasard tragique de l’histoire, le nucléaire civil est brutalement remis en cause par les conséquences dramatiques du tsunami au Japon le 11 mars 2011, Bruno Tertrais, un de nos grands experts du nucléaire militaire, nous livre en vingt-cinq courts chapitres, un état des lieux et ce qu’il faut savoir sur cette question essentielle et dont l’avenir sera décisif dans un monde en crise. Lire la suite

  p. 135-137

Jean Guisnel : Armes de corruption massive. Secrets et combines des marchands de canons  ; Éditions La Découverte, 2011 ; 390 pages - Jean-Philippe Immarigeon

On sait comment sont les éditeurs avec les titres : il faut faire accrocheur, quitte à trahir le propos de l’auteur. C’est un peu le cas de cet ouvrage passionnant, quoiqu’au style un peu journalistique, qui traite aussi de bien autre chose que de cette corruption qui sévit dans le marché de l’armement. Lire la suite

  p. 137-138

Catherine Grandperrier : Concept d’une défense nucléaire et désarmement  ; L’Harmattan, 2010 ; 55 pages - Pierre Morisot

La dissuasion nucléaire est un concept très clair au premier abord, quitte à jouer entre le fort, le faible et le fou. En réalité, il se révèle bien compliqué et Catherine Grandperrier s’attache à renforcer cet édifice un peu branlant et faire œuvre de pédagogie dans ce petit livre solidement documenté, insistant sur les idées essentielles par des passages en caractères gras et accompagné in fine, d’un utile glossaire. Lire la suite

  p. 138-139

Nicole Gnesotto : L’Europe a-t-elle un avenir stratégique ?  ; Armand Colin, 2011 ; 220 pages - Pierre Morisot

L’auteur de ce livre dense et bien écrit paru dans la collection « Éléments de réponse » a adopté à bon escient le terme de « stratégie » dans son sens le plus large. Sévère, volontiers pessimiste, l’ouvrage adresse un appel au réveil d’une Union qui a à peu près tout pour elle mais, dans une sorte de stop and go, alterne les réalisations brillantes et les périodes de torpeur. Lire la suite

  p. 139-140

Michel-Marie Zanotti-Sorkine : Homme et prêtre, entretien avec Jean-Robert Cain  ; Éditions Ad Solem, 2011 ; 456 pages - Claude Le Borgne

Homme et prêtre, tous les prêtres ne sont-ils pas ainsi faits ? Sans doute, mais celui-ci pousse au bout cette dualité, prêtre total, homme total. C’est qu’il en a vu, comme le montre cette autobiographie. En 1967, à huit ans d’âge, « je serai prêtre », affirme-t-il. Lire la suite

  p. 140-141

Jérôme de Lespinois : La Bataille d’Angleterre - juin/octobre 1940  ; Éditions Tallandier, 2011 ; 194 pages - Bernard Norlain

On croyait tout connaître, tout savoir, de la bataille d’Angleterre. C’était une illusion. Le livre de Jérôme de Lespinois publié chez Tallandier, intitulé sobrement La Bataille d’Angleterre, nous apporte en effet la vision globale d’un des événements décisifs de la Seconde Guerre mondiale et nous fait ainsi réaliser combien notre vue de cette bataille était parcellaire, tout au moins en France, et plutôt consacrée aux récits héroïques des pilotes qui auront suscité, et ce n’est pas le moindre de leurs mérites, bien des vocations de pilotes de chasse. Lire la suite

  p. 141-142

Revue Défense Nationale - Octobre 2011 - n° 743

Every Arab society has been shaken up: the thirst for social and political modernization is the basis of a collective appeal for dignity and they are united in sociological solidarity. Within each society, revolution and modernization combine differently in each case. A new order is emerging in the Middle East, with heightened tensions. The process continues.

The author offers a dissertation on the general theme of war, strategy and power, and their complex interrelationship in the early twenty-first century. In the light of recent French operations, he re-examines those themes, showing how the current combination calls for a sense of neighbourly relations and a determination to achieve balance and accept compromise in order to preserve what he does not name, but which is at the heart of national identity: the freedom to choose one’s own path. Read more

Continued growth in France greatly depends on a regular supply of energy and mineral resources, production of which is today under considerable pressure. Moreover, their transport is increasingly under threat from new risks to security. Strategic resources—principally gas and rare metals—warrant improved protection to guarantee the continuity and security of their supply chain, and to avoid our position being weakened by any disruption that might occur in it.

Vulnerability of strategic resources, particularly energy supplies, and the risks involved in transporting them to European countries calls for greater awareness and collective strategies. The author develops reflections on energy geo-strategy around this theme.

The philosopher queries the impact of corruption on national security, and with legal, moral and economic diversions points out the serious threat to democracy posed by a combination of political and media corruption.

Latent corruption and criminality in international trade are rarely discussed, and yet they constitute an increasing threat to security and development throughout the world. The author is an expert on these matters and discusses how defence against these new common enemies might be organised through coordinated reaction by well-regulated societies.

Underground trafficking of illegal military weaponry, nourished by Balkan networks, has established itself progressively in France. Although limited, it undermines security for the citizen and the authority of the government. New indirect circuits may develop as a result of the ‘Arab Spring’ disorders, and feed the existing urban gangs. Greater vigilance is required.

Opinions and Viewpoints

Real surprises only happen to those who refuse information or who allow themselves to be distracted or uninterested. The perspicuity and analytical abilities of the competent services are rarely found wanting. Guilt lies not so much in being taken by surprise as in being neutralized by shock and disarmed by ineptitude.

Information is the essential tool for a strategy of influence in a theatre of war. The military leader has to learn to incorporate it from the outset into his operations, and link it firmly to coercive action. The article proposes a veritable weapons system of influence, with its capabilities and principles.

The author attempts to define the strategic fault lines that the twenty-first century world is creating. Using a geostrategic analysis of the reshaping which has developed following the end of the Cold War, and of the American-led activity of the Atlantic Alliance, he offers an original interpretation, highlighting the hot spots of the globalization process.

This study of the evolution of France’s strategic posture raises the question of the development of power since the end of World War Two. The Cold War conditioned the Gaullist posture of national independence within the western alliance. With its demise, developments in the process of building Europe raise the question of incorporating that posture into a European setting whose structure is still undefined. The author examines the constraints and suggests a new approach.

With references from political science, the author puts recent African crises, from Libya to the Ivory Coast under the microscope, and sees a turning point in African history in the international community’s new determination to encourage democracy.

A study of recent and not so recent books on Russia and its history, notably its military history, clears the way to understanding its capabilities for resistance and commitment, and to detect the constant features of the strategic posture of this great country, whose destiny could lean more towards the West.

Denouncing military weakness, notably apparent in the summer of 2008, the Russian Prime Minister is developing his concern over Russian national strength and pride, frustrated by the past two post-Soviet decades. Detailing the many shortcomings, he plans to revive the Russian military establishment, outlining a policy of rearmament. The author, a well-informed observer of the Russian scene offers his analysis of Putin’s patriotic rhetoric, designed for electoral purposes.

The author makes a plea for loosening the constraints that limit France’s military operational capabilities. Simple, robust and mobile systems and sufficient manpower are needed for France to shoulder her overseas responsibilities and maintain her military standing.

With his customary verve and pitiless analytical mind, the author synthesises his reading of three recent books that attempt to give a verdict on the existence and nature of God; he discusses them in an unexpected way, and with stimulating vigour.

Book reviews

Bruno Tertrais : La menace nucléaire - 25 questions décisives  ; Armand Colin, 2011 ; 158 pages - Jérôme Pellistrandi

Jean Guisnel : Armes de corruption massive. Secrets et combines des marchands de canons  ; Éditions La Découverte, 2011 ; 390 pages - Jean-Philippe Immarigeon

Catherine Grandperrier : Concept d’une défense nucléaire et désarmement  ; L’Harmattan, 2010 ; 55 pages - Pierre Morisot

Nicole Gnesotto : L’Europe a-t-elle un avenir stratégique ?  ; Armand Colin, 2011 ; 220 pages - Pierre Morisot

Michel-Marie Zanotti-Sorkine : Homme et prêtre, entretien avec Jean-Robert Cain  ; Éditions Ad Solem, 2011 ; 456 pages - Claude Le Borgne

Jérôme de Lespinois : La Bataille d’Angleterre - juin/octobre 1940  ; Éditions Tallandier, 2011 ; 194 pages - Bernard Norlain

Revue Défense Nationale - Octobre 2011 - n° 743

L’été 2011 a été arabe et plus précisément libyen. Il a fallu la combinaison de toutes les stratégies mises en place, politique, juridique, financière et militaire avec un mouvement de convergence tactique d’un certain nombre de chefs rebelles pour que Tripoli et le régime tombent. Une autre révolution commence, civile, sociale, économique, qui va devoir fédérer les diverses forces déployées et créer un État viable, maillon central entre Tripolitaine et Cyrénaïque, Maghreb et Machrek. C’est à une vraie recomposition de l’Afrique du Nord que nous avons contribué par l’emploi déterminé de nos moyens militaires ; elle influence directement le développement et la sécurité de la Méditerranée, et notamment de son bassin occidental, qui est notre voisinage immédiat.

Il est important de relever cette évolution au moment où démarre une mise à jour stratégique. Cette première étape d’analyse va, en effet, enclencher le processus permettant à la nouvelle législature qui sortira des urnes à l’été 2012 d’afficher son niveau d’ambition pour la sécurité de la France et des Français. Et c’est la conjonction de ces exercices qui fondera la loi d’équipements qui devra traduire l’effort militaire réalisable dans le cadre de comptes publics que l’actuelle crise de l’euro contraint comme jamais.

Or la guerre est en mutation permanente comme l’a exposé le Chef d’état-major des armées (Céma) à la rentrée de la 19e promotion de l’École de Guerre en tirant les lignes de forces du monde actuel. Et il est probable que l’aggiornamento stratégique prévu va permettre d’ajouter à l’analyse de la mondialisation faite en 2008, sa contrepartie qui est la régionalisation et l’approfondissement des voisinages stratégiques qu’elle suggère. La participation active à la rénovation d’une gouvernance mondiale qu’imposent la crise financière occidentale et l’émergence de nouveaux pôles de puissance répartis doit avoir en effet son pendant dans la construction de nouveaux espaces de sécurité, de solidarité et de développement à l’échelle régionale. Au contrôle de l’arc de crise Ouest-Est détaillé en 2008, doit désormais s’ajouter l’entreprise de consolidation d’une grande Europe, du Cap Nord au Sahel, de l’Atlantique à l’Oural. C’est dans cet espace, en effet, que nous devons concentrer en priorité nos moyens de sécurité et renforcer nos capacités de coopération stratégique.

Comme l’indique l’ambassadeur Nassif Hitti, c’est tout le monde arabe (et sans doute aussi africain) qui est ébranlé par les révolutions contre les régimes autoritaires ou corrompus. Et c’est à nos portes, chez nos voisins, que se joue une partie stratégique importante.

Comme le rappelle Pierre Hassner, la guerre, la stratégie et la puissance s’articulent aujourd’hui de façon nouvelle ; partielles et relatives dans leur essence, contingentes dans leur développement, elles requièrent de la France une lucidité et des projets nouveaux au moment où les organes de l’Union et de l’Otan semblent se banaliser en de simples caisses à outils.

La vision à établir pour notre sécurité à moyen terme ne doit-elle pas prendre en compte d’abord nos vulnérabilités, intérieures comme extérieures, la tension énergétique comme la criminalisation qui envahit le champ de la conflictualité régionale comme planétaire ? C’est à une vigilance résolue organisée autour de nos valeurs, de nos projets et de nos voisins que nous invitent plusieurs auteurs, à une approche renouvelée de la puissance, à un nouveau regard géopolitique sur une Europe, non seulement continentale mais aussi maritime, une Europe élargie aux confins sahéliens et sibériens. Seul cet espace d’un milliard d’habitants pourrait être à la mesure d’une planète qui en comptera neuf dans quarante ans environ.

C’est donc un effort de lucidité et de mesure qui est demandé à la communauté stratégique française pour animer un débat de qualité et proposer une analyse renouvelée de la sécurité de la France et de la défense des intérêts des Français pour les prochaines décennies. ♦

Jean Dufourcq

Revue Défense Nationale - Octobre 2011 - n° 743

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Novembre 2021
n° 844

L'Indo-Pacifique : un espace stratégique sous tension

 

Actualités

22-11-2021
16-11-2021
16-11-2021
16-11-2021
du 01-12-2021 au 01-12-2021

COLLOQUE DE L'ARMÉE DE L'AIR ET DE L'ESPACE

« AGIR ET PROTÉGER ENSEMBLE DANS LA 3e DIMENSION »

À L'ÉCOLE MILITAIRE DE PARIS

Le 01 DÉCEMBRE 2021

DE 14H00 À 19H00

Lieu :    AMPHITHÉÂTRE FOCH

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...